CALAOS

mercredi 25 mars 2009

Les 60 espèces de calaos ( Bucérotidés) sont distribuées d'Afrique aux îles Salomon. Ils possèdent un bec énorme, généralement surmonté d'un grand casque corné, diversement modelé selon les espèces.
Ces oiseaux sont arboricoles, pour la plupart, et leur vol est lent et lourd, quoiqu'il puisse être par moments prolongés. Leur plumage est en général blanc noir. Leur nourriture consiste en fruits et en petits animaux capturés dans les arbres, et ces oiseaux ont la curieuse manie de jeter chaque morceau de nourriture en l'air pour le rattraper ensuite. La tranche des mandibules est dentelée et les paupières sont ornées de gros cils.
Peur être le trait le plus intéressant de ces oiseaux est-il la manière dont la femelle ( chez Lophoceros melanoleucus par exemple) est cloîtrée dans le nid. Celui-ci est fait dans un arbre creux, et pendant l'incubation, l'entrée est fermée au moyen d'un mur d'argile, ne laissant qu'une fente par laquelle le mâle nourrit la femelle. Pendant ce temps, celle-ci termine sa mue, et, quand les jeunes éclosent, elle brise l'argile au moyen de son bec puissant.

Hôte des forêts tropicales d'Asie, d'Afrique et d'Océanie, jusqu'aux îles Salomon, cet oiseau possède un bec démesuré et porte sur la tête une sorte de casque en matière cornée.
Il en existe 45 espèces dont quelques unes ont moins de 50 cm de longueur tandis que certaines, par contre, dépassent 1.25 m. On ne peut dire que ces oiseaux sont beaux, et pourtant, ils sont attrayants, énigmatiques, fascinants même. Leurs mœurs singulières en font en outre des oiseaux uniques en leur genre. Ils portent une livrée noire ou brun sombre, égayée de taches vives, blanches ou crème sur le corps, les ailes et la queue.

le Calao bicorne de Malaisie est un des plus grands de l'espèce. Le casque qui surmonte son bec est creux, alors que celui d'une espèce voisine est, au contraire, massif et dur comme de l'ivoire. Les Chinois et les malais l'utilisent pour confectionner des objets sculptés.




Le calao se nourrit de fruits. D'autres membres de cette famille mangent des insectes; d'autres encore des lézards, des serpents et des petits mammifères.

Le Bucorax, ainsi que le Bucorax abyssin ( Bucorax abyssinicus), vivent essentiellement dans des plaines, où ils chassent des animaux, tels que des reptiles, sur le sol même; parfois ils se mettent à plusieurs pour tuer des serpents.
Taille : 90 à 100 cm Envergure : 122-183 cm Poids : 3000-4000 gr

Identification :
Cet oiseau qui a la taille d'un dindon, présente un plumage entièrement noir avec des primaires blanches bien visibles en vol. Le bec, long, noir et incurvé affiche une large tache rouge-orange à la base de la mandibule supérieure. Il est surmonté à la base du culmen par un casque courbe qui possède une ouverture béante sur le devant. Le casque porte sur le côté des encoches qui en suivent la courbure. La peau orbitale est bleu foncé. Chez les mâles adultes, la peau qui orne la gorge et la partie antérieure du cou présente la même teinte mais avec une bordure écarlate. Elle est terminée par une sorte de sac dilatable rouge dans la zone la plus basse. Chez les femelles, par contre, la peau gulaire est entièrement bleue. Les iris sont brun Bucorve d'Abyssinie foncé. Les tarses très longilignes sont noirs ainsi que les pieds qui ont une large semelle. Les juvéniles présentent une livrée noir brunâtre, avec un casque très réduit et des caroncules grisâtres. Le bucorve d'Abyssinie se distingue du bucorve du sud par la forme de son casque et par sa taille en moyenne légèrement supérieure. Ce dernier présente en effet un casque totalement fermé devant. Les deux espèces ont des aires de distribution différentes.

Chant : Le bucorve d'Abyssinie émet un cri grave et retentissant assez semblable à celui du bucorve du sud. Il s'agit d'un 'w'rump-rah-rah-rah' délivré à des Bucorve d'Abyssinie intervalles bien espacés.

Habitat : Cet oiseau est endémique de l'Afrique Subsaharienne, du sud de la Mauritanie, du Sénégal et de la Gambie jusqu'en Afrique Occidentale en passant par la Guinée Bissau et le Sierra Leone. Son aire de distribution se poursuit en direction de l'est à travers la Cameroun, le sud du Tchad, le sud-ouest et le sud du Soudan, le nord-est du Zaïre et l'Éthiopie. Sa limite la plus orientale Bucorve d'Abyssinie se situe en Ouganda et dans le nord-ouest du Kenya. Le bucorve du nord fréquente une grande variété d'habitats, les zones boisées, les savanes et les steppes arides. Bien qu'étant surtout un oiseau des plaines, le bucorve d'Abyssinie apprécie également les zones montagneuses ou semi-montagneuses. En Éthiopie, on peut le trouver à des altitudes qui peuvent atteindre entre 1200 et 1500 mètres.En Ouganda, il est présent jusqu'à 2500 mètres.

Régime : Les bucorves d'Abyssinie sont carnivores, consommant des petits organismes tels que des tortues, des lézards, des amphibiens, des mammifères, d'autres oiseaux, des insectes (coléoptères, locustes) et des arthropodes (scorpions, grandes araignées). Contrairement au bucorve du sud qui complète son régime avec un peu de matière végétales (graines, fruits), le bucorve d'Abyssinie se nourrit exclusivement de matière animale. Si l'occasion se présente, il se nourrit même de charogne qu'il trouve en marchant sur les chemins. Le bucorve d'Abyssinie trouve toute sa nourriture à terre.

Calao à bec jaune

Tockus flavirostris
Taille : 40 cm Envergure : Poids : 225-275 gr (M) - 170-191 gr (F)


Identification :
Chez l'adulte, le bec est fortement incurvé, de couleur jaune-orange, excepté le long de la commissure et sur la pointe où elle affiche une teinte brun rougeâtre. La partie supérieure du maxillaire est fortement compressée sur les côtés, ce qui forme une étroite arête qui court le long du sommet et qui assure sans doute le renforcement du bec. Le capuchon et les côtés du cou sont gris-plomb foncé. Le dessus de l'oeil est parcouru par un large sourcil blanc. Le dessous de la gorge est recouvert d'une peau nue jaune, ce qui le distingue de son proche cousin, le calao leucomèle, qui présente des parties nues couleur chair foncé. Le manteau et le dos présentent une couleur noir brunâtre divisée par une raie centrale blanche. Les plumes de la partie supérieure de la poitrine et des couvertures alaires sont noires avec d'évidentes mouchetures blanches. Les rémiges secondaires et primaires forment une barre blanche entrecoupée de taches roux clair et brunâtres. Les parties inférieures sont entièrement blanches. Les quatre paires de rectrices centrales sont noir brunâtre. Les rectrices extérieures sont blanches avec une base et une bande subterminale noire. Les iris sont jaunes. Bien qu'elle soit légèrement plus petite, la femelle est semblable à son partenaire. Les juvéniles ont souvent un bec plus sombre. Leur mandibule jaune terne est en effet recouverte de multiples petites taches brunes.

Chant :
Les calaos à bec jaune ont une voix qui porte à longue distance. Ils produisent une grande variété de sons comprenant des grincements, des sifflements, des caquètements et des grognements.

Habitat : Tout comme le calao leucomèle avec lequel il forme une superespèce, le calao à bec jaune fréquente les savanes ouvertes parsemées de buissons épineux et d'arbres ainsi que les zones boisées pourvues en commiphora. Ce petit arbre de la famille des burseracées a des branches de 15 cm d'épaisseur et peut atteindre 80 cm de hauteur. Il porte des fleurs jaune verdâtre et des petits fruits ronds comestibles. Le calao à bec jaune est endémique de l'est du continent, dans les pays qui bordent la corne de l'Afrique. Il est présent en Éthiopie, à Djibouti, en Somalie, dans le sud et le sud-est du Soudan, dans le nord-est de l'Ouganda, au Kenya et en Tanzanie. Les oiseaux du nord de la Somalie ont une taille légèrement plus modeste. Ils affichent souvent des taches orange à la base du bec et, bien que ce caractère ne soit pas permanent, ils sont parfois séparés de la race nominale et traités comme une sous-espèce appelée Somaliensis. Toutefois, la plupart des ornithologistes considèrent que ces différences ne sont pas suffisamment marquées et continuent à traiter le calao à bec jaune comme une espèce monotypique.

Régime : Le calao à bec jaune s'avère peu difficile en ce qui concerne la nourriture. Bien souvent il se contente de ce qui est disponible Les orthoptères et les termites sont très courants dans son menu, mais il consomme également des figues ainsi que les fruits des commiphoras et des boscias. Il lui arrive de capturer des serpents qu'il tue en les tapant rudement contre un support rigide. Il consomme également des lézards et des petits mammifères. Comme la plupart des calaos, il avale d'un coup ses aliments mais il recrache ensuite les parties indigestes comme les pépins et les carapaces d'insectes. Le régime du calao à bec jaune est constitué à 60% de proies animales et à 40% de végétaux.


Calao à casque plat

Buceros hydrocorax
Taille : 77 à 82 cm Poids : 1600 gr



Identification :
Les caractéristiques physiques sont légèrement différentes selon les races. Chacune des trois sous-espèces se distingue par la forme particulière et la couleur de son casque. La race semigaleatus se différencie notamment par son casque peu volumineux, la race mindanensis par la couleur blanche de son bec et l'extrémité rugueuse à la base de sa mandibule inférieure. Mais, quelque soit la sous-espèce, le mâle et la femelle se ressemblent étroitement et il est difficile de les distinguer. Cependant, les entailles à la base de la mandibule supérieure sont noires chez le mâle et rouges chez la femelle. En outre, le premier est généralement un peu plus grand.
Chez l'adulte Mindanensis, le casque et la moitié de la mandibule proche de la Calao à casque plat base sont rouge foncé. Les ondulations situées sur la mandibule sont encore plus foncées. Le reste du bec est blanc jaunâtre. Une bande noire entoure l'œil, descend le long des joues et couvre le menton. La partie supérieure de la gorge est fauve, la poitrine noire. Le reste de la tête et du corps, excepté les couvertures caudales présente une teinte roux sombre. Les scapulaires et les couvertures alaires affichent une couleur brune. Les couvertures sus-caudales sont ferrugineuses, le dessous de la queue couleur rouille. Les primaires sont noires, les secondaires bordées de rouille sur les filets extérieurs. Les rectrices sont chamois. La couleur de l'iris semble varier du jaune éclatant au vert pâle selon la répartition géographique. La peau orbitale est noire avec une léger trait jaune en-dessous de l'œil. La peau nue du gosier est jaune. Les pattes et les pieds sont rouge-corail.
Les jeunes ont un plumage très différent puisqu'ils peuvent avoir le corps blanc, la queue blanche avec des bandes noires, le bec et les pattes noires. A un an, ils portent le plumage d'adulte.

Habitat : Le calao à casque plat est endémique des Philippines où il réside dans plus de 11 îles différentes. Il existe en fait trois variations géographiques : la race type Hydrocorax vit dans les îles de Luzon et Marinduque. C'est la plus nordique. La race Semigaleatus peut être observé à Samar, Leyte, Bohol, Panaon, Biliran, Calico-an et Buad dans le centre du pays. Enfin, la race Mindanensis réside à Dinagat, Siargao, Mindanao (+ Balut, Bucas et Talicud) ainsi qu'à Basilan, dans les îles plus méridionales. Les calaos à casque plat vivent en plaine et sur les collines, bien qu'on puisse les rencontrer jusqu'à 2100 mètres sur le mont Apo. Sa densité est assez inégale, mais dans certaines régions, il peut être assez commun, notamment dans la sierra Madre de Luzon, la grande île du nord du pays.

Régime : Le régime du calao à casque plat est majoritairement frugivore. Il se nourrit principalement de fruits mous et de graines qu'il récolte dans les grands arbres. Néanmoins, le matin, il lui arrive de consommer des insectes, des orthoptères et des mille-pattes qu'il glane sur le sol dans les sous-bois. La part de la matière animale constitue environ 22% de son menu.



Calao à cimier

Aceros cassidix
Taille : 70 à 80 cm Envergure : Poids : 2,4 - 2,5 kg



Identification :
Les mâles adultes ont un capuchon et un arrière de la tête brun-roux. La face et le cou présentent une coloration roux clair à crème. Le corps et les ailes sont entièrement noirs, la queue blanche. Le bec est jaune avec des stries transversales orange-brun à la base des deux mandibules. Il est surmonté d'un énorme casque rouge dont la forme ressemble à celui d'un casoar. La peau orbitale est bleu pâle avec des cils bleu foncé. La peau nue du gosier est soulignée par une bande sombre qui est elle même soulignée de turquoise. Les iris sont rouge à orange. Les pattes et les pieds sont noirs.
La femelle adulte est semblable au mâle mais en plus petit et avec un casque moins developpé. La tête et le cou sont entièrement noirs. La peau gulaire a une bande sombre plus étroite. Les iris sont bruns à orange. Les juvéniles des deux sexes ont un plumage identique au mâle, mais ne possèdent pas de casque. Le bec est jaune clair avec un lavis rouge à la base. La peau faciale est plus pâle que chez l'adulte. L'iris est brun sombre avec une tache intérieure jaune. Vers l'âge de 10 à 13 mois, le casque commence à prendre de l'ampleur et la jeune femelle opère sa mue pour acquérir les caractères du plumage adulte. Elle perd alors ses plumes rousses et se pare de plumes noires sur la tête et sur le cou.

Habitat : L'aire de distribution du calao à cimier est restreinte aux îles indonésiennes de Sulawesi, Lambeth et Togian. Il vit dans des forêts sempervirentes de plaine et de moyenne montagne jusqu'à 1800 mètres. L'espèce présente une densité importante au voisinage des grands arbres fruitiers mais les effectifs sont en diminution là où les zones boisées subissent des défrichements. Il est difficile de recenser avec exactitude les populations nomades qui s'agglomèrent autour des figuiers et des autres arbres fruitiers. Les comptages réalisés ne donnent pas une image exacte du nombre des populations et tendent à exagérer les estimations qui sont faites. Une seconde sous-espèce, plus méridionale, Aceros cassidix brevirostris vit dans les îles de Butung et de Muna.

Régime : 85% du régime du calao à cimier est constitué de figues qu'il trouve dans l'étage supérieur des arbres et qui sont disponibles pendant toute l'année. Le complément est constitué d'insectes et d'autres fruits mous.



Calao à huppe blanche
Tockus albocristatus
Taille : 62 à 88 cm
Poids : 297 gr




Identification :

Le calao à huppe blanche d'Afrique, comprenant trois sous-espèces, est de tous les calaos africains, le plus aisé à reconnaître. Il est caractérisé par son bec sans protubérance et une huppe blanche dont l'extrémité des plumes se termine par de petites taches noires. Pour la forme type, tropicranus a. albocristatus, le reste du plumage, les ailes et la queue inclus, sont noirs et brillants. La queue, très longue est fortement étagée, avec l'extrémité de toutes les rectrices blanche. Le bec atteignant 7 cm est généralement noir avec une tache variable pâle à la base. La peau entourant l'oeil est dénudée et de couleur bleue. Se distinguant de l'espèce type, le tropicranus a. cassini possède des couvertures alaires tachetées de blanc alors Calao à huppe blanche que le tropicranus a. macrourus présente un cou écaillé gris.

Chant : Le cri commence comme une trompette nasillarde qui croît en tonalité jusqu'à devenir une sorte d'aboiement explosif et aigu 'errrrrrrrrrr-yow' qui peut alors être répété et finir de façon stridente.

Habitat : Ces oiseaux forestiers vivent dans les galeries des grandes forêts équatoriales jusque vers 800 mètres d'altitude, ne s'eloignant jamais de la couverture végétale. Ils sont endémiques de l'ouest et du centre de l'Afrique. Leur aire de distribution s'étend en deux morceaux bien distincts : de la Guinée jusqu'au Ghana, puis du sud du Nigéria jusqu'au nord de l'Angola et l'ouest de l'Ouganda en passant par le Cameroun, le Gabon, le Congo et la plus grande partie de l'ex-Zaïre.

Régime : Les calaos à huppe blanche d'Afrique se nourrissent principalement d'insectes et suivent également les colonies de fourmis légionnaires qu'ils capturent avec adresse. La part de la matière animale représente 85% de son régime, les 15% restants étant composés de fruits mûrs et de matière végétale.


Calao rhinocéros
Buceros rhinoceros
Taille : 110 à 122 cm Envergure : 152 cm Poids : 2,91 kg (M) - 2,36 kg (F)

Identification :
Le calao rhinocéros doit son nom à son casque impressionnant et fortement recourbé vers le haut à la pointe. Le bec et le casque sont naturellement blancs, mais pendant la plus grande partie de la vie de l'oiseau, ils présentent une coloration orange et rouge car le calao frotte constamment son bec contre une glande qui secrète un liquide de cette couleur et qui se situe juste en-dessous de la queue. La tête, le cou, les parties supérieures, les ailes, la poitrine et le dessous jusqu'aux cuisses forment un vaste ensemble noir avec une nuance bleuâtre. Les cuisses, la partie basse de l'abdomen, la zone anale, le dessous de la queue, le croupion et les couvertures sus-caudales sont blancs. La queue est blanc pur, avec une large bande noire Calao rhinocéros aux deux tiers de sa longueur. L'iris est rouge, encerclé de noir. Les cils sont rouges. Les pieds et les tarses sont noir brunâtre.
La femelle présente une livrée absolument identique à celle du mâle. La seule différence est constituée par son iris blanc.

Habitat : On trouve les calaos rhinoceros dans les vastes étendues de forêt primaire de la pénisule malaise (race type rhinoceros), à Sumatra (sous-espèce sumatranus), Bornéo (sous-espèce borneoensis) et Java (sous-espèce sylvestris). Ils sont dépendants de grands arbres susceptibles de leur fournir des sites de nidification favorables à de grandes hauteurs et capables de pourvoir une grande variété de fruits et de baies pour leur alimentation pendant toutes les saisons. Bien qu'ils soient capables de s'adapter au défrichement dans la mesure où il subsiste quelques grands arbres, ils ont disparu de beaucoup d'endroits où ils avaient l'habitude de nicher, notamment des zones où les lambeaux restants sont trop isolés pour être atteint au cours de leurs mouvements erratiques. On les trouve également dans des zones boisées moins menacées situées sur le versant de collines.

Régime : Les calaos rhinocéros se nourrissent de fruits murs, d'insectes, de petits lézards et même de petits oiseaux s'ils peuvent les attraper. Les calaos suivent souvent les groupes de singes, laissant ceux-ci dénicher des fruits bien mûrs, puis s'avançant après leur départ pour savourer les fruits qu'ils ont laissés. Les oiseaux s'appellent entre eux dès qu'il ont trouvé une source de nourriture. La matière animale constitue environ 30% de leur régime.

0 commentaires: