BIVALVES

mercredi 25 février 2009

BIVALVES ou Lamellibranches ou Pélécypodes





Classe de Mollusques aquatiques à coquille bivalve, c'est à dire formée par 2 valves, symétriques ou non , reliées par une charnière à ligament élastique. Ce groupe nombreux possède des représentants dans toutes les mers du globe; à toues les profondeurs. Un certain nombre d'espèces, environ 20 % du total, habitent les eaux douces.

Les valves protègent les parties molles de l'animal. Leur ouverture est commandée par le ligament élastique de la charnière, et leur fermeture par un ou 2 muscles adducteurs. En cas de danger, le Mollusque se referme hermétiquement. Quand il entrebâille ses valves, l'eau pénètre dans les branchies par des fentes du manteau ou par des siphons.

La coquille est formée de couches successives à calcaire sécrété par le manteau, terme qui désigne le repli de peau recouvrant complètement ou en partie la masse viscérale.
La nourriture et l'oxygène nécessaire à la respiration proviennent du courant de mer entretenu par les battements incessants des cils microscopiques qui recouvrent les branchies. Celles-ci sont en forme de lamelles, d'où le nom de la classe des Lamellibranches. La respiration se fait surtout dans la cavité du manteau. Les lamellibranches n'ont pas de tête : ce sont des acéphales. Leur bouche, dépourvue d'organe masticateur et de radula, est simplement entourée de 4 palpes.
Les Mollusques bivalves, ou laméllibranches, sont encore appelés Mollusques pélécypodes à cause de leur pied ventral, véritable languette " en fer de hache".

Le mode de vie de ces coquillages est extrêmement varié. Les uns se déplacent dans l'eau par une série de mouvements de fermetures et d'ouverture; d'autres vivent dans la vase ou le sable et se meuvent par contraction du pied, organe de fouissement qui fait saillie entre les valves sur leur côté antérieur ( coques, praires, clams, palourdes, couteaux). Ces Mollusques fouisseurs et enfouis assurent leurs besoins alimentaires et respiratoires par l'intermédiaire de 2 siphons dont l'un sert à l'entrée et l'autre à la sortie du courant d'eau déterminé par les mouvements des cils des branchies et des palpes de la bouche.

Les Mollusques perforants ne sont pas rares dans la classe des Bivalves ( pholades, tarets, pétricoles, saxicaves). La perforation des roches, même les plus dures, résulte soit d'une usure ( par rotation de la coquille), soit d'un arrachement grain à grain ( par adhérence et contraction du pied) ou enfin d'une dissolution ( par sécrétion acide).

Une dernière catégorie de Bivalves reste fixée sur le sol sous-marin, soit par leur byssus filamenteux sécrété à la base du pied ( moules) soit par l'une de leurs valves ( huîtres).
Les bivalves offrent d'importantes ressources alimentaires .

Quelques espèces sont nuisibles ( Huîtres).

Les plus petites espèces de bivalves mesurent quelques millimètres; les plus grandes sont les bénitiers ou tridacnes ( Tridacna gigas) dont chaque valve peut arriver à peser plus d'une centaine de Kilogrammes.

0 commentaires: