Antilope

mardi 10 février 2009

Antilopes

Ces mammifères herbivores, de forme gracieuse et d'allure rapide, vivent dans la brousse et les savanes de l'Afrique, du Sud de l'Asie, et en Amérique.
La forme des cornes est généralement caractéristique de l'espèce : ainsi, l'antilope rouanne et l'antilope noire ont des cornes très arquées vers l'arrière; l'oryx les a droites, celles du Koudou sont en tire-bouchon.

L'antilope noire ( Hippotragus niger)pèse jusqu'à 250 kg et ses cornes peuvent d"passer 1.50 m de long. Des troupeaux comprennent jusqu'à 100 individus paissent dans les savanes et les régions légèrement boisées de l'Afrique centrale et orientale.




L'antilope rouanne ( H. equinus) habite les mêmes régions.





Le mâle du grand Koudou ( Strepsiceros strepciseros), légèrement plus petit que l'antilope noire, possède les plus longues cornes de tous les quadrupèdes; elles peuvent atteindre 1.70 m de long. Le grand Koudou vit dans la brousse de l'Afrique du sud et de l'Afrique Orientale.





les Antilopes cervicapres ( Antilope cervicapra) sont très répandues en Inde, dans les plaines, par petits troupeaux. Seuls les mâles ont des cornes, en forme de tire-bouchon. Les vieux mâles, qui atteignent presque 1 m au garrot, commandent des troupeaux d'une cinquantaine d'animaux. les antilopes cervicapres peuvent atteindre à la course une vitesse de 80 km/h .
Néanmoins, les guépards réussissent à les attraper. Eles constituent également un gibier très recherché des chasseurs. Les femelles ont une robe brune; celle des ma^les est plus foncée. Chez tous, le ventre est d'un blanc laiteux.

Parmi les antilopes à cornes droites se trouve :

l'Oryx blanc( Oryx algazel), à la robe très claire, qui vit dans les zones désertiques du Nord de l'Afrique.




Une espèce voisine est le Gemsbok ( Oryx gazella), qui habite les montagnes arides des régions équatoriales ou du Sud de l'Afrique. Mâles et femelles ont des cornes en forme de sabre dont la longueur dépasse 1 m. Ces cornes leur servent à se protèger des lions et autres prédateurs.

0 commentaires: